Khartoum, 26 Fev. (SUNA) - Confirmant ce à quoi le Soudan tient constamment que les frontières entre le Soudan et l'Éthiopie n'ont jamais fait l'objet d'un différend entre les deux pays, la SUNA publie à nouveau deux extraits de deux discours que l'ancien premier ministre éthiopien Haile Myriam Desalegn a donné devant le Parlement éthiopien en 2013 et 2014.

L'ancien Premier ministre Hailemariam Desalegn, à deux reprises lors de deux sessions différentes, a reconnu la reconnaissance d'Addis-Abeba des frontières actuelles entre les deux pays conformément aux accords internationaux et a ouvertement critiqué les gangs Shifta et déclaré qu'ils cherchaient à tendre les relations, réaffirmant que l'Éthiopie reconnaît la souveraineté  du Soudan sur ces terres.

 

(Vous pouvez regarder les nouvelles sur la chaîne YouTube de l'Agence de presse soudanaise-SUNA)

 

https://youtu.be/aSJRK8KjCPA

 

Il a déclaré dans un long discours en 2013: «Parfois, nous devons examiner et fouiller à l'intérieur de nous. Il y a des groupes de Shifta qui quittent l'Éthiopie et mènent des opérations meurtrières contre les Soudanais et reviennent., c’est  mauvais, ce qu

Ils faisaient, s'il n'y a pas de bonnes et fortes relations entre le Soudan et l'Éthiopie, la raison en est ces Shifta qui étaient sur le point de mener les deux pays dans des guerres et des conflits majeurs.

 

Les reunions et accords que font les fonctionnaires des régions frontalières sont ce qui a conduit à empêcher le déclenchement de guerres, et nous savons qu'il y a des groupes qui se déplacent d'ici pour mener diverses opérations, nous devons les empêcher de nuire à nos intérêts, et nous avons des agriculteurs éthiopiens qui cultivent de grandes superficies sur les terres soudanaises, ce sont nos agriculteurs et nos hommes des hommes d’affaires éthiopiens, nous les connaissons et les Soudanais les connaissent bien, et nous avons demandé au Soudan, jusqu'à ce que nous ayons fait le processus de démarcation, de ne pas empêcher ou nuire les agriculteurs et les hommes d'affaires éthiopiens qui bénéficient de ces zones, et ils se sont engagés à le faire et nos agriculteurs ont continué à circuler pacifiquement "

 

L'ancien Premier ministre éthiopien Hailemariam Dasalin a réitéré la même position dans un discours devant le Parlement éthiopien le 27 avril 2014, qui a été diffusé par la télévision éthiopienne: «Nos relations avec le Soudan ont atteint des stades stratégiques avancés. Et nous avons coopéré au niveau officiel. .- Nous avons signé 13 accords de coopération sur la protection des frontières communes. Pour les deux pays, le développement économique et la coopération conjointe pour le développement des relations entre les peuples,

 

Ces accords n'ont rien à voir avec les frontières et nous en avons déjà parlé. Ces accords sont sur la page du Ministère éthiopien des affaires étrangères pour ceux qui voudraient les voir et ce sont des accords très clairs et avantageux pour les deux parties, et nous continuerons à travailler dur pour les activer, et cela ne veut pas dire que les accords antérieurs signés à l'époque de l'empereur Menelik II et de l'empereur Haile Selassie, et à l'ère de l'EPRDF, ils n'existent pas, ce sont des accords internationaux et en vertu du droit international, et nous les poursuivrons car ils sont conformes au droit international, et il n'y a pas de nouveaux accords sur eux ou récemment signés, cela ne signifie pas qu'il n'y a pas d'anciens accords hérités d'un gouvernement à l’autre et c'est très clair et ce sont des accords mis en œuvre, et nous aimerions les souligner et les confirmer, et il n'y a pas de nouveaux accords que nous avons signés.

 

(Vous pouvez regarder la vidéo sur le lien ci-dessous)

https://www.youtube.com/watch?v=aSJRK8KjCPA

.

Osmn

أخبار ذات صلة